La Smart City, un nouveau modèle de développement

Le numérique offre des possibilités infinies pour la ville, la gestion de la consommation ou de la production de l’énergie, l’efficacité de la mobilité des individus et des marchandises, l’éclairage public, etc.

Ainsi, le développement du numérique ne constitue pas un luxe ou un gadget, mais bien un atout pour des villes en compétition les unes avec les autres pour attirer les habitants, les entreprises, les touristes, etc.

La ville numérique (ville intelligente ou encore smart city) se décline en plusieurs grands éléments.

1/ Les espaces et outils qui font de la ville une plateforme d’innovation
Ils mettent en réseaux les individus créatifs, grâce à des lieux visant l’échange des connaissances. Les espaces de co-working et les fablabs, le plus souvent d’initiatives privées, sont devenus en l’espace de 10 années, les symboles de cet enjeu. D’autres lieux, tel que le Centre de l’innovation à Compiègne créé par des institutions (collectivités territoriales, universités, etc.) participent également de cette dynamique.
D’autres types d’outils, moins visibles, permettent de mettre en réseau à la fois les individus et la ville elle-même : ce sont les « capteurs » de tout type qui permettent une variété très importante d’applications pour la ville et les habitants (contrôle du trafic, de la pollution, gestion des parcours pour la récolte de déchets,…).

2/ Le télétravail
Le télétravail permet aux salariés de mieux allier travail et vie de famille grâce à la limitation des trajets domicile travail. Ce télétravail n’est possible qu’avec un réseau internet efficace permettant de maintenir un échange avec les autres collègues. Ce télétravail est également une opportunité pour les territoires transformés en « banlieues dortoirs » car en gardant les habitants sur place grâce au télétravail, il devient possible d’envisager l’émergence d’une économie résidentielle. Les villes sont de plus en plus nombreuses à construire des centres de télétravail pour encourager leurs habitants à rester travailler sur leur territoire.

3/ Une mobilité plus efficace
Le secteur des transports s’est emparé depuis longtemps de l’outil numérique et continue à le faire.
Les applications sont très nombreuses. UBER s’est illustré récemment avec le développement d’une offre concurrente aux taxis grâce à une application efficace permettant une mise en relation entre un client et un conducteur grâce à la géo-localisation de chacun. Mais les acteurs institutionnels se sont également engagés dans la course avec le développement d’applications pas très éloignées du système de GPS que l’automobile connait depuis plusieurs décennies désormais. Il est ainsi possible désormais pour le client de bénéficier d’une information très précise concernant son trajet de porte à porte et d’acheter son billet en ligne avec son téléphone.

4/ Des bâtiments plus intelligents
Le numérique permet de rendre nos bâtiments (immeubles, maisons, appartements, etc.) plus efficaces à tout point de vue. Les thermostats par exemple sont devenus capable d’intégrer tous les paramètre des logements pour optimiser la gestion du système de climatisation, permettant de faire de grandes économies. La présence de capteurs permet également d’optimiser la luminosité en fonction de la présence ou non d’individus, de l’heure du jour, etc.
La domotique évoquée dès la fin des années 1980 permet d’une manière générale de rendre le bâtiment plus intelligent et presque autonome.

5/ Les smart grids pour des réseaux plus efficaces
Ces smart grids sont des réseaux de distribution d’électricité intelligents qui permettent d’optimiser la production, la distribution et la consommation d’électricité. Ces smart grids ont un rôle clef dans l’internet de l’énergie développée dans le cadre de la 3e révolution Industrielle proposée par Jérémy Rifkin. Cette technologie permet de gérer au mieux la production et la distribution d’électricité des sein des foyers équipés de panneaux solaires.

6/ Amélioration des politiques publiques
La gestion des espaces publics, par exemple de l’éclairage, peut également utiliser le numérique pour améliorer son efficacité et réduire la facture énergétique. Il est ainsi possible grâce à des capteurs de n’allumer l’éclairage public que là où c’est nécessaire, par exemple à l’occasion du passage de piétons.
Le numérique constitue également une opportunité pour faire la promotion des atouts du territoire, de ses musées, de son patrimoine, etc. Il constitue également une opportunité pour renforcer la diffusion de l’offre culturelle, permettant d’élargir les publics grâce à la diffusion de spectacles en ligne.

7/ Une démocratie renouvelée
Le numérique permet enfin d’accroître le pouvoir du citoyen dans la démocratie. En effet, les sites internet, les logiciels permettant d’organiser des débats et forums en ligne, mais aussi les réseaux sociaux (etc.) donnent la possibilité aux mouvements citoyens de proposer des démarches novatrices et ainsi d’alimenter le débat public. Il y a 20 ans, les mouvements citoyens ne pouvaient avoir la visibilité d’aujourd’hui.