La reconnaissance faciale pour détecter une maladie génétique rare

La reconnaissance faciale peut servir à bien des choses. On l’utilise aujourd’hui comme mesure de sécurité  ou pour suivre les mouvements de certaines personnes, identifier des criminels, etc. Mais des chercheurs ont découvert à cette technologie une toute autre utilité : la détection de maladie rare.

Un système de détection a été mis à jour. Il permettrait de diagnostiquer une maladie génétique rare : le syndrome de DiGeorge. Celui-ci se manifeste chez la population non-Caucasienne et peut engendrer des complications médicales diverses et des troubles cognitifs délicats à détecter. Il peut aussi laisser une « trace » caractéristique sur le visage.